Les moteurs vrombissent. L’avion s’ébranle. Dans quelques instants, le point de non-retour. Sans appel, inévitable, irrévocable. La main sur mon ventre vide, la bouche sèche, j’aimerais suivre mon coeur qui résiste. Descendre, ne pas partir. Je vais mourir. Pas déjà, pas si vite…

    Dans la fraîcheur du soir, le Perth International Terminal n’est qu’un fantôme exsangue, celui des ténèbres où sommeil rime avec chimère. Richard prend ma main, pose un baiser sur mes lèvres…

Categories:

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 104 autres abonnés

Commentaires récents