… En ces jours-là,Jean enseignait à Charlie la loi des hommes. Il se réjouissait des progrès de son élève et, jour après jour, mesurait l’abîme qui le séparait, lui le « petit » vétérinaire, de ces scientifiques si savants qui avaient réduit l’animal à un objet d’expérience, dénué d’émotions et de sentiments. Sans contraintes, il en apprenait bien plus que son patrimoine génétique, boosté par la science, l’y avait préparé…

… Les capacités intellectuelles du primate semblaient sans limites. Pourtant, un concept en particulier lui demeurait obscur : rester assis à table, sans pouvoir se gratter les fesses…

Categories:

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 104 autres abonnés

Commentaires récents